Des exercices anti-attentat dans les écoles !

Avec tout les derniers événement qui ont eu lieu ces derniers temps , le gouvernement a décider de monter d’un cran de plus notre plan vigipirate qui était déjà enclenché bien avant .

Un plan qui c’est vu prendre des mesures draconiennes dans les écoles des villes de France .
* Les différentes entrées des écoles fermés pour en laisser qu’une unique (peux pratique devant l’incivilité de certains parents qui poussent pour « balancer » leur sac de linges sales .. pardon …leurs progénitures dans les couloirs . ) .
* Les fouilles des cartables des élèves notamment dans les grandes villes .
* les forces de l’ordre surveillants les passages aux horaires d’entrée et de sorties (quand ils sont pas à la boulangerie pour acheter le casse croûte 😂)
* l’interdiction formel aux parents de rentrer dans les locaux sauf cas de rdv
* la mise en conformité d’une pièce de « confinement » avec de quoi siéger pendant 1 mois si la structure de l’école le permet
* des exercices de sécurités « attentat-intrusion » pour toutes les écoles 

 Aujourd’hui je vais te parler de ce dernier point qui est ressorti aux réunions parents professeurs des gnomes .


C’est quoi cet exercices attentat-intrusion ?

Réellement le terme “attentat” n’est utilisé ni en maternelle ni en primaire. Avant le CP, les enseignants ne sont même pas obligés d’expliquer à leurs élèves les raisons de cet exercice. 

Il à pour but de familiarisé les élèves aux gestes à faire en cas d’intrusion d’inconnus qtout comme on les familiarise aux gestes en cas d’incendies. 
Il sera effectuer sous forme de jeux pour les plus jeunes comme « jack à dit » « cache-cache » ou « le roi du silence » pour ne pas non plus les traumatisé plus qu’ils ne peuvent l’être déjà .

Globalement, cet exercice doit apprendre aux élèves à rester calmes, à garder le silence, à adopter les bons comportements quel que soit leur niveau scolaire si une alerte attentat avait lieu dans leur établissement. 


Qu’appprendront ils concrètement ?

L’exercice sera préparé par le directeur. Le jour J, l’alerte est déclenché par une alarme qui doit ; dans la mesure du possible, être différentes des autres alarmes .
Là, l’enseignant doit choisir entre deux choix : s’échapper ou s’enfermer.
* Il décide de s’échapper s’il est “certain d’avoir identifié la localisation exacte du danger” et de “pouvoir échapper sans risque avec les élèves”.
* Si ce n’est pas le cas, il choisit de s’enfermer, donc de rester dans la classe, de verrouiller la porte et de se barricader ou de ce rendre dans la pièce de confinement si l’école en dispose et si cela est possible sans risques .
 

Ce sera faire vivre les enfants dans la peur !?

De tels exercices existent déjà aux Etats-Unis. La bas comme chez nous, ces mises en situation inquiètent les parents qui se demandent si tout ça ne risque pas de terrifier les enfants .  
Ils sont petits mais ils savent faire la part des choses et contrairement aux états unis aucune armes factices ne sera utiliser . 

Apprendre à réagir à une urgence quel qu’elle soit est une bonne idée car “en cas de situation extrême, s’il n’y a pas d’automatisme, personne ne peut réagir”,  repond Muriel Salmona (psychiatre et présidente de l’association Mémoire traumatique.)

Certes, en fonction du vécue et du caractère, un exercice anti-attentat peut causer du stress chez un enfant comme chez un adultes .  Un élève qui connaîtrait de près ou de loin une victime d’attentat ou qui aurait vécu une situation traumatisante dans le passé pourrait avoir plus de mal avec les exercices de confinement et/ou de fuite…C’est pour cela  qu’une discussion après la simulation (et pourquoi pas avant) est nécessaire.
 les faire parler, échanger, savoir ce que ça évoque pour eux, les laisser exprimer ce qu’ils ressentent est nécessaire pour eux .
 

On les a d’ailleurs laisse s’exprimer sur les attentats de Paris pour éviter les mauvaises idées et les « libérer » des ces mauvaises images. Et pour la plus part ce n’a était que bénéfique. 
Aborder les attentats , la mort , la peur , les méchants, et leur pensées sur le sujet n’avait pas choqué les parents à ce moment là .

Ce moment leur avait permis de parler de ce qui était tabou dans la plus part des foyers. .. ce qu’on oser pas évoquer avec eux de peur de les traumatisé.  

Et pourtant si on les regarde bien ils sont rester des enfants qui cris , rigolent , chahutent et s’épanouissent. 


Ces exercices attentat-intrusion ne sont pas là pour les empêcher de vivre leur enfance mais vraiment pour leur apprendre des gestes qui pourraient leur sauvés la vie même si on espère qu’ils resteront inutiles.  

Publicités

Une réflexion sur “Des exercices anti-attentat dans les écoles !

  1. Oui, je crois qu’il faut bien faire face et créer des automatismes, malheureusement… Mais ça a un côté vraiment flippant, ça fait quand même quelque chose de voir des enfants apprendre à se cacher :s

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s